X
Identifiant Mot de passe
  Administrer le blog Créer un Blog ToutApprendre Test de langues
On peut toujours apprendre! IL FAUT METTRE DE L'ORDRE DANS LE DESORDRE
Friday 19 June 2009, a 12:08
Bongo a "servi l’intérêt de la France" pas ses "citoyens" pour Eva Joly
 

Bongo a "servi l'intérêt de la France" pas ses "citoyens" pour Eva Joly

PARIS (AFP) - L'ancienne juge française anti-corruption Eva Joly a brisé lundi soir le concert de louanges entourant la mort du président gabonais Omar Bongo, estimant que s'il "avait bien servi les intérêts de la France" notamment par "la manne pétrolière", il n'avait pas "le souci de ses citoyens".

"C'était un président qui n'avait pas le souci de ses citoyens. Il a bien servi les intérêts de la France et des hommes politiques français", a dit sur Canal+ la nouvelle élue du parlement européen sous les couleurs d'Europe Ecologie.

Le Gabon, a-t-elle dénoncé, "c'est un PIB (produit intèrieur brut) égal au Portugal" qui "construit cinq kilomètres de routes par an" et qui a "le taux de mortalité infantile parmi les plus élevés au monde".

"La manne pétrolière n'a pas profité" aux Gabonais, a critiqué Mme Joly. "Elle nous a profité. La France a une grande dette envers le Gabon pour avoir maintenu au pouvoir pendant toutes ces années M. Bongo", a ajouté l'ancienne magistrate, qui a instruit l'affaire Elf qui avait des ramifications au Gabon.


Saturday 16 May 2009, a 22:09
10 MAI COMMEMORATION DE L'ESCLAVAGE
 

"Donné une leçon au monde en jetant vos fouets et vos chicottes "

En France ,il  y  en a qui ont toujours les fouets et les chicottes dans leur cerveau .

Il est à souligner  que le Président de tous les Français N. SARKOZY a brillé par son absence en préférant un meeting en Allemagne avec Angela MERKEL .

La mémoire des Noirs en France n'a pas sa place et  n'émeut personne , ni la repentance ! si c'est le dîné du CRIF toute la France y court : c'est ce qu'on appelle  la mémoire  sélective  .

Le ROI de la JUNGLE   NESTOR

Tuesday 11 November 2008, a 10:57
RIP MYRIAM MAKEBA
 

La chanteuse sud-africaine Miriam Makeba, grande figure de la lutte contre l'apartheid, est morte dimanche en Italie à l'âge de 76 ans.

Wednesday 13 August 2008, a 11:58
JO , UN TOGOLAIS DANS LA lumière : benjamin boukpeti
 

Le ROI de la JUNGLE
Bravo Benjamin !
Qui eût cru que la première médaille olympique de l'histoire du Togo vienne du kayak? Benjamin Boukpeti, en bronze mardi sur le bassin de Shunyi, l'a fait, même s'il n'a qu'une vague idée du pays qu'il vient d'inscrire sur la carte des Jeux.
A la conférence de presse post-finale, il n'y en a eu que pour lui. A côté, le nouveau champion olympique Alexander Grimm pouvait bien attendre. C'était Boukpeti la star du jour.

Sommé de raconter son histoire, il s'est exécuté avec plaisir. Car il sait qu'elle vaut la peine d'être entendue. Né en France d'une mère française et d'un père togolais, Boukpeti ne connaît que très peu le pays du paternel.

Ses parents, enseignants tous les deux, s'y sont rencontrés, s'y sont mariés et les deux soeurs aînées de Benjamin y sont nées. Mais lorsque lui a vu le jour, il y a 27 ans, ils étaient déjà de retour en région parisienne.

"Je ne suis malheureusement allé qu'une seule fois au Togo, lorsque j'étais tout bébé et que ma maman voulait absolument me présenter à mes grands-parents", explique Boukpeti, qui s'entraîne depuis huit ans à Toulouse.

"Le seul souvenir que j'en ai c'est mon frère (aujourd'hui en équipe de... France de canoë en ligne) qui a piqué une énorme colère lorsque ses cousins ont voulu garder son ballon. Mais ma mère m'a raconté aussi que là-bas j'appelais tout le monde +papa+", sourit le champion qui, mardi, a cassé sa pagaie de bonheur dans l'aire d'arrivée avant d'aller enlacer longuement sa maman.

Alors pourquoi le Togo? "J'ai commencé en équipe de France, mais la sélection y est très +hard+. En plus je me suis fait opérer des deux épaules et au fil du temps je suis devenu trop vieux pour vraiment percer. C'est pourquoi je me suis tourné (en 2003) vers le Togo pour continuer à aller dans les compétitions internationales."

Depuis il participe à sa manière à cette mondialisation chère aux fédérations internationales et au Comité international olympique qui a instauré des quotas pour ces Jeux de Pékin, limitant les compétitions de canoë-kayak à un bateau par nation dans chaque discipline.

Participer donc. Mais de là à offrir à son "pays de coeur" une première médaille, il y avait encore un pas aussi large que la Méditerranée. Qu'il a réussi à franchir en se rapprochant de nouveau de l'équipe de France pour se "mettre en concurrence".

"Benoît Peschier (champion olympique 2004 en slalom) notamment m'a beaucoup soutenu ces derniers mois", dit Boukpeti qui connaît également bien Fabien Lefèvre qu'il a failli déposséder de sa médaille d'argent mardi après l'avoir battu en benjamins il y a quinze ans.

"On est amis depuis l'âge de dix ans, je suis super content pour Benjamin", souligne Lefèvre. Il a mis un peu plus de temps à décoller. Qu'on se retrouve ensemble sur le podium c'est génial et c'est un grand jour pour le canoë-kayak. Ca veut dire que notre sport peut-être universel. C'est incroyable ce qu'il a fait."

"Aujourd'hui, j'ai juste fait mon boulot, en essayant aussi de faire un peu le spectacle car avec un public pareil on essaye de faire le plus beau possible", répond Boukpeti qui se doute bien qu'il est désormais attendu de pied ferme du côté de Lomé.

"Je ne mesure pas encore vraiment ce que cette médaille peut représenter au Togo. Mais j'imagine qu'aujourd'hui j'ai une occasion toute trouvée pour y retourner."

Thursday 10 July 2008, a 17:10
Nouveau drame de l'immigration en Espagne: 15 clandestins morts en mer
 

Un nouveau drame de l'immigration s'est produit au large des côtes andalouses (sud), avec le décès d'au moins quinze clandestins africains, dont neuf jeunes enfants, à bord d'un bateau tentant de rallier la péninsule intercepté dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le chef du gouvernement espagnol Jose Luis Rodriguez Zapatero a qualifié ce drame de "tragédie insupportable pour l'esprit humain".

"Nous sommes dans une situation alarmante. Ou nous aidons l'Afrique à lutter contre l'extrême pauvreté, ou notre Etat de solidarité, notre Etat social sera en danger", a ajouté M. Zapatero qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Athènes aux côtés de son homologue grec Costas Caramanlis.

M. Zapatero a appelé les pays développés et surtout les membres du G-8 à "prendre leurs responsabilités", en contribuant à l'aide au développement et en garantissant que "la crise alimentaire dans le monde n'empire pas la situation nutritionnelle dans le monde".

En début de semaine déjà, au large de la Costa del Sol (sud), quatorze migrants d'origine nigériane avaient disparu après le chavirement de leur embarcation.

Au moins quatorze des passagers du bateau intercepté dans la nuit de mercredi à jeudi, dont neuf enfants âgés de 12 mois à quatre ans, sont décédés pendant la traversée, selon les témoignages des rescapés de cette embarcation.

Leurs cadavres "ont été jetés par dessus bord par leurs compagnons de voyage", a indiqué à l'AFP la garde civile d'Almeria, précisant que ce bilan n'était pas définitif et que l'enquête se poursuivait.

Au moment de l'interception du bateau, "il y avait aussi une femme morte à bord, avec les 33 survivants", a précisé la garde civile.

Selon la radio nationale espagnole, il y avait aussi plusieurs femmes enceintes à bord du bateau de fortune. Tous les clandestins étaient très affaiblis à leur arrivée en Espagne.

Lundi, dans une mer très mauvaise, quatorze autres migrants avaient disparu au moment de leur sauvetage.

Les sauveteurs en mer avaient lancé des bouées et secourus 23 des clandestins. Mais selon les témoignages de ces derniers, un total de 37 personnes se trouvaient dans l'embarcation avant qu'elle ne chavire, et 14 personnes sont donc tombées à l'eau sans pouvoir être secourues.

Des candidats à l'immigration meurent régulièrement en tentant la périlleuse traversée depuis les côtes africaines vers l'Espagne, tout particulièrement vers l'archipel des Canaries dans l'Atlantique.

Au total, 921 immigrants illégaux sont morts en 2007 en essayant d'atteindre les côtes espagnoles, selon APDH-A, une organisation des droits de l'Homme andalouse.

Parmi eux, 732 ont péri au début de leur voyage près de la côte ouest de l'Afrique du Nord et 189 près des côtes espagnoles, selon l'organisation.

Les arrivées de clandestins à bord d'embarcation de fortune se sont multipliées ces dernières semaines aux Canaries, au large des côtes africaines du nord-ouest, et sur la côte sud de l'Espagne.

Le ministre espagnol de l'Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, s'est inquiété mercredi de cette recrudescence, la liant notamment à la crise économique et à la flambée des prix de l'alimentation

"Si la situation est mauvaise en Europe, en Afrique elle est très mauvaise", incitant encore plus d'Africains à vouloir fuir leur continent, a-t-il affirmé sur la radio Cadena Ser.

Friday 27 June 2008, a 14:18
Racisme . France : La négrophobie silencieuse
 

 sur ufctogo.com
PX_GRIS.GIF


 

Voilà manifestement une affaire que le commissariat SARIJ au 66 rue des Orteaux dans le XX eme arrondissement de Paris, ne souhaite vraiment pas mener à bout et/ou encore moins voir faire la une. Et la question qui hante les esprits du jeune Christophe et de sa famille aujourd'hui face à cette inertie manifeste est : ces agresseurs seront-ils un jour appréhendes ? Et un des amis de Christophe d'avoir cette remarque pertinente, et révélatrice d'un malaise ambiant : " S'il s'appelait Martin, Dupont ou alors habitait la rue des rosiers, cette affaire aurait pris une autre tournure , mais hélas !".
Nul ne sait ce qui a inspiré ce jeune homme pour avoir une pareille réflexion, mais elle laisse voir que selon vos origines ou vos croyances, la république vous traitera avec respect ou alors vous méprisera.

Nous sommes le 12 mai 2008, comme à son habitude, après son entrainement de basket, Christophe AVA, le fils du célèbre et virtuose de la guitare JayLou AVA emprunte le métro à la porte de Saint-Cloud. Dans son wagon, une demi-douzaine de jeunes blancs dont les âges varient entre 18 et 22 ans, arborant fièrement les maillots du PSG. Sensibilisé aux faits d'armes des supporteurs du club de la capitale, Christophe, casque aux oreilles, évite cette bande qui a commencé à s'exciter à sa vue et s'installe quelques mètres plus loin.
A la station république, Christophe AVA, sort de la rame pour faire la correspondance qui le mène jusqu'à sa destination finale. Lorsqu'il enjambe le couloir qui le mène à son prochain métro, c'est le moment choisi par cette horde d'excités et lâches qui, comme des fauves se jettent sur le pauvre garçon en le plaquant au sol tout en le rouant de coups de pieds et d'autres objets. Ce passage à tabac s'accompagne d'une série de jurons du style : "Alors le petit macaque ne peut pas se défendre ? On lui donne une banane, pour des forces ?
Vous aurez noté le courage de 5 adultes dont les âges réunis font plus d'un siècle, face à un jeune garçon de 15 ans à peine.
Pendant près de 5 minutes, le jeune Christophe subit la loi de 5 bandits nourris à l'idéologie de la haine du "noir", laquelle est renforcée par l'impunité que jouissent les actes négrophobes dans une France (blanche) que l'actuel président veut de plus en plus décomplexée. Les 5 individus lui volent sa casquette et prennent la fuite à la vue des gens qui s'approchaient.
Le gamin ne doit sa survie qu'à la chance, car sous la pluie de coups qui s'abattaient sur lui, Christophe n'a heureusement (si l'on puis le dire ) qu'une blessure à l'œil, de nombreux hématomes qui couvrent son corps, et est aujourd'hui contraint de se déplacer en béquilles. Après une incapacité temporaire totale de 5 jours, le jeune Christophe vit aujourd'hui dans la peur, car le fait que ces bandits courent toujours ne le rassure pas. En le quittant, comme ses parents, c'est la même inquiétude qui l'habite qu'il traduit par : "Croyez-vous monsieur qu'il prenne en compte mon problème ? Ou alors il faut considérer l'affaire comme classée".

On se pose encore la question de savoir comment, 3 semaines après l'agression de ce gamin et la plainte déposée par les parents du gamin, qui a par ailleurs reconnu l'un de ses bourreaux, la police n'a toujours pas pris contact avec la famille pour ne serait-ce que atténuer le doute et calmer l'angoisse du petit Christophe. Certains médias contactés n'ont même pas voulu entendre parler de cette affaire. Il faut dire que dans un pays où la police est de plus en plus impliquée dans des affaires de bavures, et les médias prêts à relayer de fausses informations sur des pseudo agressions, parler d'une réelle agression à caractère négrophobe, relève du détail. C'est la France décomplexée dont les contours se dessinent tous les jours.

Cette agression rappelle celle que nous dénoncions ici :
http://mboangila.afrikblog.com/archives/2007/10/23/6638301.html, une bandes d'excités Nazis qui s'en prenaient à de jeunes enfants "noirs".

Friday 13 June 2008, a 13:57
Chicago bulls
 

Eh  oui

Friday 13 June 2008, a 13:56
Barrack obama
 

Quel  destin

Friday 13 June 2008, a 13:54
Barrack
 

God bless

Friday 13 June 2008, a 13:52
USA election
 

Photos

Friday 13 June 2008, a 13:49
Le phénomène obama
 

A déguster  avec modération

 

 

  Le ROI de la JUNGLE , NESTOR

Saturday 07 June 2008, a 11:32
IMAGES KPALIME KLOTO TOGO
 

Les plateaux

Saturday 07 June 2008, a 11:24
LES IMAGES DE KPALIME KLOTO TOGO
 

Voici quelquelques images de rapportées de Kpalimé

 

Le RI de la JUNGLE , NESTOR

Saturday 07 June 2008, a 11:24
LES IMAGES DE KPALIME KLOTO TOGO
 

Voici quelques images  rapportées de Kpalimé

 

Le ROI de la JUNGLE , NESTOR

Friday 06 June 2008, a 13:08
FINI LES VACANCES SOUS LES TROPICS :KPALIME-TOGO
 

Bonjour  chers  visiteurs , qu'est  ce  que  vous  m'avez  manqué , j'étais  sous  le  soleil de Kpalimé durant plusieurs  semaines .
Dans  les prochains jours  je  mettrai  en  ligne  photos  et  vidéos de Kpalimé et j'espère  vous avoir  nombreux  sur  le  blog .

Merci

Saturday 05 April 2008, a 14:16
ETRE NOIR CHEZ RENAULT , C'EST ETRE NOIR TOUT COURT EN FRANCE
 

Daniel Kotor gagne contre Renault
Renault a été reconnu coupable par la cour d'appel de Versailles, mercredi 2 avril, de discrimination raciale envers deux ex-salariés. Dans un article publié dans son edition datée de vendredi, le quotidien “Le Monde” explique que ces derniers estimaient avoir eu des progressions de carrières ralenties voire bloquées du fait de leur couleur de peau. La cour d'appel a, en revanche, débouté trois autres retraités et un salarié.
Le constructeur automobile devra verser 60 000 euros de dommages et intérêts à Daniel Kotor et plus 8 000 euros au titre du préjudice moral.

Né au Togo en 1947, M. Kotor avait été embauché en 1971 comme ouvrier spécialisé et avait quitté le groupe comme agent de maîtrise en 2003.

Dans son arrêt, la cour d'appel estime que Renault devait "réparer le préjudice subi" par les deux salariés, du fait du "blocage de leur carrière et du maintien de leur rémunération à un niveau inférieur à celui qu'il aurait dû être".

En décembre 2005, le conseil des prud'hommes de Boulogne avait débouté les cinq retraités et le salarié. Selon les attendus du jugement, il y avait bien eu "des différences de salaires, de coefficients, de déroulement de carrières" entre les six plaignants et un panel représentatif de leurs collègues de travail, mais celles-ci ne relevaient pas de la "moindre organisation ou du moindre fait visant à écarter un salarié en raison de ses origines".

Me Florence Laussucq-Caston, l'avocate de MM. Kotor et Breleur, s'est félicitée de l'arrêt de la cour d'appel. "Nous disposions de leurs entretiens individuels d'appréciation depuis le début des années 1990. Il ressort dans ces entretiens qu'ils étaient bien notés, qu'ils étaient motivés et faisaient des efforts de formation. Nous avons comparé leur déroulement de carrière chez Renault par rapport à dix autres salariés embauchés au même niveau, tous ont eu une évolution plus importante qu'eux", affirme-t-elle.

LE GROUPE SE DIT "SURPRIS"

La cour reproche à Renault de ne pas avoir pu justifier par des éléments objectifs cette absence d'évolution constatée sur une période de quatorze ans pour M. Kotor et de vingt-sept ans pour M. Breleur.

Le constructeur s'est dit "déçu" et surtout "surpris" de la décision de la cour, compte tenu du rapport d'expertise apporté aux prud'hommes. "Nous avons essayé de démontrer qu'il n'y avait pas eu discrimination raciale mais compte tenu de l'ancienneté des faits, c'était difficile. Tous les éléments n'ont pas été conservés. Les supérieurs hiérarchiques de ces salariés sont partis à la retraite", indique la direction de la communication du groupe.

Le groupe, dont l'ancien patron Louis Schweitzer (par ailleurs président du conseil de surveillance du Monde) préside actuellement la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde), souligne qu'il condamne "le racisme sous toutes ses formes" et ne pratique "en aucun cas" la discrimination.

Il rappelle qu'il a signé, en 2004, une déclaration des droits sociaux fondamentaux avec toutes les organisations syndicales françaises, belges, espagnoles et allemandes et les syndicats mondiaux de la métallurgie, ainsi qu'une charte de la diversité.

Wednesday 12 March 2008, a 19:11
TOGO : KOFI YAMGNANE
 


Kofi Yamgnane sur Fmliberte : Des faussaires au pouvoir à Lomé,la France complice.

kofi_yam5.png “Les législatives d'Octobre 2007 étaient contrefaites et les résultats qui avaient crédité le RPT d'une confortable majorité avec 50 députés à l' Assemblée Nationale étaient préfabriqués,au su et/ou avec la complicité du Quai d'Orsay (Ministère français des Affaires Etrangères)”.La mèche avait été vendue à Kofi Yamgnane,des mois bien avant la tenue dudit scrutin.Il s'en est ouvert haut et fort au micro de Kodjo Epou dans l'émission “Parcours”sur la radio de la Diaspora.L'ancien Maire breton de St Coulitz et Ministre de l'Intégration sous Mitterand,le togolais de Bassar qui s'est récemment déclaré candidat à la présidentielle de 2010 dans son pays d'origine accable le régime de Lomé qu'il qualifie d'illégitime et d'incompétent.

Par Christian Kodjo DOMPEY

L'ancien ministre francais dévoile avoir eu connaissance de ce que le Togo vient en troisième position des pays dont les ressortissants sont demandeurs d'asile politique en France,derrière la Tchétchéni et la république dominicaine.L'invité de “Parcours” révèle comment,à trois reprises dans les années 90, il s'était nuitamment rendu à Lomé,dépêché par le président François Mittérand pour transmettre un message de vérite à Eyadéma : “ce dernier avait piqué une crise de colère,tapé du point sur la table, du fait que je lui avais dit que son homologue francais lui demandait de cesser immédiatement les assassinats politiques qui font couler trop de sang sur le sol togolais.Le président Eyadema,hors de lui même,hurla sa fureur en ces termes :si ton patron t'envoie pour prendre mon fauteuil présidentiel,alors, le voilà.Prends-le”,confie monsieur Kofi Yamgnane.

Dans cette interview dont la diffusion est prévue ce weekend sur les ondes de Fmliberte aux Etats-Unis d'Amérique et via internet sur le Web de la radio à www.fmliberte.com, l'invité fait fi de toute obligation de réserve et accable les autorités togolaises qu'il accuse de sacrés menteurs,lesquels,affirme t-il, “continuent allègrement et sans élégance de couvrir les crimes commis dans le pays - ceux du père,ceux du fils - en trompant la Communautèé Internationale avec d'autres crimes qui ont pour noms Commission Vérité-Reconciliation et augmentation croissante de la dette extérieure du Togo”.

Le Bassar du Finistère relève que “le Togo aura besoin d'un vrai et sincère processus de reconciliation,seulement après que la vie politique dams le pays aura connu une normalisation,suite à des élections crédibles et démocratiques,celles de 2010 notamment”.Monsieur Yamgnane en appelle à une mobilisation forte,dans un élan unitaire lors des prochaines échéances pour “mettre fin au règne de la fratrie Gnassingbé qui enfonce davantage le peuple togolais dans l'abîme”.

L'intégralité de l'interview de Kofi Yamgnane sur Fmliberte samedi et dimanche à :
-  10H, heure de Chicago.
-  11H, heure de la Cote-Est
-  16H, heure de Paris/Bruxelles
-  15H, heure de Bassar au Togo

Christian Kodjo DOMPEY

Sunday 10 February 2008, a 15:13
LA FRANCE DE NICOLAS ......
 

LA FRANCE DE NICOLAS ......

4d4d94919df9e754e1d000d29903e5cf.jpg

75f54c8bcc0b226ae29c584b15f9e84e.jpg

9de83a6bb544d96567d674fd58c8cabe.jpg
b2f2993dca24c0f0ab8d7568691110db.jpg


Dans un même gouvernement on trouve Brice HORTEFEUX avec son Ministère de l'Identité Nationale et de l'Immigration autrement dit Ministère créé pour chasser et empêcher les AFRICAINS de rentrer en France ; Rachida DATI , Fadela AMARA , Rama YADE le mélange des genres et un drôle de mélange !


Fadela AMARA surnommée la Tour de Pise


Le ROI de la JUNGLE , NESTOR

Wednesday 23 January 2008, a 18:01
NE FRANCAIS MAIS IL A FAILLI ETRE EXPULSE DE FRANCE
 

NE FRANCAIS MAIS IL A FAILLI ETRE EXPULSE DE FRNCE

Arrivé en France quand un certain N. SARKOZY avait 7 ans !
4a87c56d4f0674de5dbf3046c80cf391.jpg Pourquoi tant de chasse aux NOIRS !

La préfecture des Bouches-du-Rhône a renoncé lundi à expulser un avocat malien âgé de 70 ans et présent en France depuis quarante-cinq ans, comme l'avait demandé le commissaire du gouvernement devant le tribunal administratif de Marseille.
Le préfet Michel Sappin "a décidé de retirer l'obligation de quitter le territoire prise à l'endroit de Monsieur Abdoulaye Coulibaly le 1er octobre 2007", a annoncé la préfecture dans un communiqué.

"Une autorisation provisoire de séjour d'une durée de six mois lui sera délivrée" pour qu'il puisse compléter son dossier de demande de titre de séjour et que la préfecture puisse réexaminer sa situation, a-t-elle ajouté.

Inscrit au barreau d'Aix-en-Provence depuis vingt-huit ans, Me Coulibaly, 70 ans, était menacé d'expulsion. La préfecture lui avait refusé le 1er octobre sa demande de titre de séjour en lui donnant trente jours pour quitte le territoire national.


Marseille
Un avocat malien menacé d'expulsion
La préfecture des Bouches-du-Rhône a ordonné l'expulsion de Me Abdoulaye Coulibaly, qui réside en France depuis 45 ans et est marié depuis 15 ans à une Française.
Jacques Antonetti, le commissaire du gouvernement, a demandé lundi 21 janvier au tribunal administratif de Marseille d'annuler l'expulsion d'un avocat malien inscrit au barreau d'Aix-en-Provence depuis 1980.
L'expulsion de cet avocat a été ordonnée par la préfecture des Bouches-du-Rhône.
En présence de nombreux avocats venus soutenir leur confrère, le commissaire du gouvernement, Jacques Antonetti, a conclu à l'annulation d'un arrêté préfectoral du 1er octobre qui refuse à Me Abdoulaye Coulibaly le titre de séjour qu'il demandait, assorti d'une obligation de quitter le territoire français dans un délai d'un mois.
Il a demandé au tribunal d'enjoindre au préfet de délivrer ce titre de séjour. La décision a été mise en délibéré.

Traitement "égalitaire"

Jacques Antonetti, qui s'appuie sur l'article 8 de la Convention des droits de l'Homme relatif au respect de la vie privée et de la famille, a estimé que l'ancienneté de l'installation en France de Me Abdoulaye Coulibaly et la réalité de ses liens familiaux et professionnels sur le territoire ne faisaient aucun doute.
David Lambert, le chef du bureau des étrangers à la préfecture, maintient pour sa part l'inverse. Il a assuré que le traitement réservé à l'avocat était "égalitaire", comme pour "n'importe quel étranger déposant une demande de séjour".

En France depuis 45 ans

Le commissaire du gouvernement a demandé lundi 21 janvier au tribunal administratif de Marseille d'annuler l'expulsion d'un avocat malien inscrit au barreau d'Aix-en-Provence depuis 28 ans. L'expulsion de cet avocat a été ordonnée par la préfecture des Bouches-du-Rhône.
Me Abdoulaye Coulibaly, âgé de 70 ans, vit en France depuis 1962. Marié depuis 15 ans avec une Française, il est le père d'un garçon de 22 ans. Il est inscrit au barreau d'Aix-en-Provence depuis 28 ans.
De nombreux d'avocats en robe, dont les bâtonniers d'Aix et Marseille ainsi que des représentants de l'Ordre des avocats d'Aix et du Conseil national des barreaux, étaient venus à l'audience pour montrer leur "indignation collective".
Me Olivier Lantelme, du Syndicat des avocats de France, a dénoncé pour sa part "une insulte faite à la profession tout entière". "Il n'y a que la politique du chiffre pour expliquer cette décision injuste", a déclaré l'avocat.

Tuesday 01 January 2008, a 20:07
Ces racistes négrophobe !
 

 

« Du racisme français. Quatre siècles de négrophobie »publié sur ufctogo.com



PX_GRIS.GIF


Après Négrophobie, co-écrit avec Boubacar Boris Diop et François-Xavier Verschave (Les Arènes, 2005), Odile Tobner (professeur agrégé de Lettres) replonge ici aux origines du racisme français, à travers un essai qui décortique le discours français sur les noirs en général et sur l'Afrique en particulier, depuis plusieurs siècles.

Elle y révèle à quel point ce discours est profondément enraciné dans la culture française, y compris chez les philosophes des Lumières.

En tant que Présidente de Survie, l'écriture de ce livre lui a parut nécessaire, constatant tous les jours à quel point l'acceptation des liaisons criminelles de la France avec les dictateurs en Afrique s'appuie sur une tradition idéologique ancienne.

Depuis le Code noir (1685), rares sont les intellectuels français qui ont remis en question le socle raciste sur lequel repose notre regard sur "les noirs", africains ou antillais.

Les récentes saillies négrophobes d'Hélène Carrère d'Encausse, Alain Finkielkraut ou Nicolas Sarkozy ne sont pas de malheureux dérapages mais la continuité désolante de préjugés nourris depuis quatre siècles.

Qui, en France, sait que Saint-Simon, Bossuet, Montesquieu ou Voltaire ont commis, sur ces questions, des pages monstrueuses ? Que Renan, Jules Ferry, Teilhard de Chardin, Albert Schweitzer ou encore le général De Gaulle leur ont emboîté le pas ?

Le pays des Lumières et des Droits de l'homme n'aime pas se voir en ce miroir-là. Odile Tobner révèle que la négrophobie fait pourtant partie de notre héritage.

Il est temps de décoloniser les esprits. Enfin.

Les Arènes : novembre 2007
260 pages
Prix : 19,80 € (- FF)
Format : 140 x 205 mm
Disponible

Tuesday 25 December 2007, a 13:17
François Boko sur RFI : Le RPT a acheté les délégués des bureaux de vote
 

François Boko sur RFI : Le RPT a acheté les délégués des bureaux de vote

boko_lille3.png « Les déclarations des observateurs de l'Union européenne et internationaux sont une sorte de deal. Il fallait bien refermer le dossier togolais. Mais dans la réalité, il y a eu d'énormes irrégularités. » François Boko

Au Togo, cette année 2007 a été marquée par un fait majeur : la reprise de l'aide de l'Union européenne. C'est à la suite des législatives du 14 octobre que Bruxelles a mis fin à 14 ans de politique de sanctions. Mais ces élections, remportées par le parti au pouvoir, le RPT, ont-elles été aussi démocratiques comme l'ont affirmé les observateurs internationaux ?

Thursday 13 December 2007, a 19:38
Kadhafi fait la leçon sur l’immigration
 

Kadhafi fait la leçon sur l'immigration

Article publié le 12/12/2007 Dernière mise à jour le 12/12/2007 à 03:14 TU
Au cours d'une soirée organisée à l'Unesco pour les Africains de Paris, Mouammar Kadhafi s'en est pris aux gouvernements européens, leur reprochant de maltraiter les immigrés. Reportage.

Imprimer l'article

Envoyer l'article

Réagir à l'article
Des sympathisantes du leader libyen Mouammar Kadhafi devant l'UNESCO à Paris, le 11 décembre 2007.(Photo : Reuters)

Des sympathisantes du leader libyen Mouammar Kadhafi devant l'UNESCO à Paris, le 11 décembre 2007.
(Photo : Reuters)


Avec l'envoyé spécial de RFI à l'Unesco

Le guide libyen arrive enfin, applaudi par l'assistance, acclamé par une poignée de militants. Il s'installe.

Derrière lui, des spots orange et bleu donnent à la salle un air de music-hall. Dans l'assistance, plusieurs personnes brandissent son portrait. Le show de Mouammar Kadhafi peut enfin commencer.

Le guide libyen s'interroge sur les raisons pour lesquelles des immigrés expriment leur mécontentement par la violence, les incendies. Et met en cause cet Occident qui, selon lui, donne des leçons sans respecter les droits des Africains sur son territoire.

« Sont-ils privés de certains droits qui ne seraient pas respectés, souffrent-ils de certaines injustices ? Nous sommes dans un pays, la France, qui parle de droits de l'Homme et toute l'Europe fait de la surenchère. Si dans ces pays étrangers, l'immigré africain est opprimé, comment ces pays peuvent-ils venir faire de la surenchère et nous interpeller sur les droits de l'Homme dans nos pays ? ».

Mouammar Kadhafi a la solution : si les Africains ne peuvent pas bénéficier de leurs droits, ils n'ont qu'à rentrer, car l'Afrique a besoin d'eux. Et il promet à l'assistance, amusée, qu'il l'aidera si nécessaire.

« Je ne vous abandonnerai pas... Je suivrai de près votre situation, l'Africain doit bien vivre, que ce soit en Europe ou en Afrique... ».

Puis il quitte la salle, levant les bras en signe de victoire.

Sunday 09 December 2007, a 13:23
Kadhafi appelle les Européens à rembourser les ressources "volées"
 

Kadhafi appelle les Européens à rembourser les ressources "volées"

zoom + zoom -
Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a appelé samedi les Européens à rembourser les ressources "volées" à l'Afrique pendant la colonisation ou alors à se tenir prêts à accueillir les migrants africains chez eux, selon une source présente dans son discours au sommet UE-Afrique.

Selon cette source qui assistait au discours du Libyen au cours de la session plénière du sommet de Lisbonne consacré à l'immigration, M. Kadhafi a décrit "l'état déplorable, catastrophique" de l'Afrique.

"C'est un continent mendiant aux yeux du monde", a-t-il estimé, répétant que les Africains étaient les victimes de la colonisation, pendant laquelle les Européens avaient "volé" les ressources naturelles africaines.

Vendredi, au cours d'une conférence à la veille de l'ouverture du sommet, il avait déjà appelé "les forces coloniales" à "dédommager les peuples qu'elles ont colonisés et dont elles ont spolié les richesses". Le colonel Kadhafi est allé encore plus loin samedi en suggérant d'échanger ce remboursement contre un arrêt des migrations vers l'Europe.

"Soit vous nous rendez nos ressources, soit vous nous invitez dans vos pays", a-t-il dit, selon la source présente dans la salle. Il a également assuré que si l'UE donnait à la Libye "un milliard d'euros", il s'engageait à ne pas "exporter" ses migrants.

"Il a dit que s'il recevait une aide de 1.000 millions d'euros, les problèmes migratoires seraient résolus. Nous croyons que l'aide financière est importante, mais pas suffisante, il faut une politique globale", a répondu le ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos.

Peu avant, le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero, orateur européen pendant la séance consacrée aux migrations, avait proposé un "pacte" entre les continents pour lutter contre l'immigration clandestine, "résultat dramatique d'un échec collectif", selon un de ses porte-parole.

Ce pacte doit "éviter la fuite des cerveaux", et "encourager les retours" en Afrique, a encore dit M. Zapatero, qui a jugé que l'Union européenne "devait être la meilleure alliée de l'Afrique", après ne pas avoir été "à la hauteur des circonstances" ces dernières années.

Selon le Conseil de l'Europe, au moins 5,5 millions d'immigrés vivent clandestinement dans l'Union européenne. Avec ses 1.770 km de frontières maritimes, la Libye, riche pays pétrolier, est devenu un pays de destination ou de transit vers Malte et l'île italienne de Lampedusa, au large de la Sicile, d'immigrés originaires notamment de l'Est et du Sud de l'Afrique.

La Libye affirme avoir rapatrié 64.430 immigrants clandestins en 2006 pour un coût estimé à près de 4 millions d'euros.

Ce pays de 6 millions d'habitants compte un million et demi d'immigrés, soit près de 20% de la population totale, selon des estimations de l'Office international des migrations.

Wednesday 21 November 2007, a 18:32
EST CE LA FIN DU CALVAIRE ?
 

Le président du Togo, Faure Gnassingbé, a reçu mercredi pour la première fois au palais présidentiel à Lomé l'opposant Gilchrist Olympio, chef de l’UFC.
Gilschrist Olympio, qui était accompagné de deux collaborateurs, s'est entretenu environ une heure avec le président.

A son arrivée dans le bureau de Faure, M. Olympio a salué le chef de l’Etat par la formule « Mes respects, Monsieur le Président ». Anodin mais inimaginable il y a encore quelques mois.

"Nous avons discuté de la nomination du futur Premier ministre, de la formation du prochain gouvernement, ainsi que d'autres problèmes.
Les discussions vont se poursuivre cet après-midi", a déclaré M. Olympio.

Depuis la démission le 13 novembre du Premier ministre Yawovi Agboyibo, le président a entamé de larges consultations pour nommer un successeur.

A l'issue des législatives du 14 octobre, le parti de M. Olympio (l'Union des forces de changement, UFC), dont c'était la première participation depuis le début du processus démocratique en 1990, avait envisagé pour la première fois de participer à un gouvernement d'union nationale "mais pas à n'importe quelles conditions".

L'UFC a obtenu 27 sièges contre 50 sur les 81 pour le Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir), mais en voix a talonné ce dernier et est désormais incontestablement la principale force d'opposition.

Publié le 21 novembre 2007.

Monday 19 November 2007, a 11:16
LA FIN DU CALVAIRE DES TOGOLAIS N'EST PAS POUR DEMAIN
 

 

Politique


blocage_assemblee2.jpgLe blocage au niveau de la nouvelle assemblée, nous lavions déjà annoncé, dans les scénarii que nous avions dressés à lannonce de la majorité que sétait attribuée le RPT à lissu de la nouvelle mascarade électorale. Le danger pour Faure Gnassingbé, avions nous dit, ne venait pas de lopposition mais de son propre camp où il y a des irréductibles qui voudraient continuer à prendre le Togo comme leur maison, où ils régneraient en maîtres absolus terrorisant tout leur monde. Le blocage de lassemblée que le RPT voudrait faire passer comme consécutif à ladoption dun règlement intérieur, est réalité dû à la volonté de Kpatcha Gnassingbé de mettre la main sur le perchoir et de se poser en dauphin de lusurpateur Faure, doù les craintes de ce dernier que son frangin mesquin et du même acabit que lui succède suite à sa mise en indisposition dune manière ou dune autre à gouverner.

Aujourdhui le RPT est divisé en deux clans avec une majorité acquise à Kpatcha Gnassingbé, ce qui montre que les rangs de ce parti regorge de caciques du régime, et de nouveaux affamés qui voient en ce dernier lhéritier idéal qui pourrait leur permettre de continuer les activités criminelles en toute quiétudes contre le peuple Togolais.

Loin de nous lidée de dédouaner le maître du faurisme qui est tout autant coupable et criminel. Non ce que lui reproche son camp cest de vouloir trop de fioritures pour habiller les actes et qui font perdre du temps dans le profit à tirer les événements.
Cest dire que ce qui divise le clan cest le calendrier de pillage, les uns veulent courir comme des lièvres les autres veulent y aller comme des tortues pour moins attirer lattention. En clair Faure veut que son pouvoir usurpé dure, mais Kpatcha voudrait un partage du butin-héritage sur le champ.

Quoi quil en soit le résultat est et sera le même. Dans ce jeu Kpatcha fait mine de ne rien vouloir et laisse ses partisans réclamer le perchoir en son nom, Faure quant à lui est pris à son propre piège, car la défaite du Car qui devait être la deuxième force du pays le prive de son allié de ses deux dernières années. Il se retrouve contraint de négocier avec lUFC dont on connaît lintransigeance et qui voudrait non pas que des garanties verbales mais une sorte de contrat formalisé par le retour à la constitution de 1992 pour légitimer Faure et le protéger de son frère.
Il est vrai que pour écarter le danger Kpatcha les 27 députés de lUFC deviennent charnière mais ce faisant Faure perd son pouvoir que ce que daucuns croient être lempire Eyadema lui aurait légué.
Cette perte lui assure une légitimité pour les trois ans à venir mais du coup sa réélection ne sera pas certain car le prochain jeu risque dêtre vraiment démocratique sauf si larmée vient encore troubler le jeu, mais certainement que ce ne serait pas pour les beaux yeux de Faure Gnassingbé mais pour un des ses frères. Mais larmée du moins sa frange qui est membre du clan Gnassingbé ne peut plus aujourdhui se permettre certaines choses, même si elle est toujours agitée comme un épouvantail.

LUFC se pose aujourdhui en arbitre passif et veut laisser les deux frères saffronter. Il est vrai que ce parti peut dire que la balle est dans le camp de Faure Gnassingbé et léquation serait légitimation = retour à la constitution de 1992, cest dire que le peuple redevient maître du jeu. Un jeu qui fait peur au RPT toute tendance confondue.

LUFC ne devrait-elle pas ici faire jouer ses réseaux et porter lestocade au RPT alors que le parti est divisé et ne pourra plus se ressouder ?
Nous savons que dans les relations humaines une confiance perdue ne peut jamais se retrouver car la méfiance réciproque devient la règle. On sait aussi que certains au RPT voudraient bien que les choses changent car ils en ont marre de servir la fratrie Gnassingbé. Et ils le disent sous le manteau mais nosent pas lafficher car lopposition à leurs yeux noffre pas de réelles garanties de protection contre la machine agressive et sanguinaire du RPT. Ces derniers craignant sans aucun doute pour leurs intégrités physiques.

La rédaction

Saturday 13 October 2007, a 19:38
LETTRE OUVERTE A NICOLAS SARKOZY PAR LES ECRIVAINS AFRICAINS
 

  

Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy. Plusieurs écrivains africains se joignent à Raharimanana pour répondre au président français. (Libération, vendredi 10 août 2007)

http://www.liberation.fr/rebonds/27...

Antananarivo, le 3 août 2007

Monsieur le Président,

Vous étiez venu dites-vous à Dakar nous parler - nous les Africains -, avec franchise et sincérité, vous étiez donc venu avec tout le fond de votre pensée, car c’est ainsi je crois qu’on qualifie la franchise et la sincérité, un échange sans fard et sans arrière-pensée. Nous prenons donc acte de la conception que vous avez de ce continent et de ses habitants. Vous étiez venu dites-vous pour nous assurer que la France s’associera à nous si nous voulons la liberté, la justice et le droit, mais permettez-moi d’être franc et sincère également.

Au lendemain de votre discours, que faisiez-vous donc avec Omar Bongo, quarante ans de règne dans la dictature, un doyen dites-vous, et quel doyen dans la corruption et l’aliénation de son pays ! De quelle liberté, de quelle justice, de quel droit parlez-vous ? Je n’ose même pas vous poser la question concernant votre sourire à cet autre grand dictateur africain : Muammar al-Kadhafi ! Que dire du don nucléaire que vous lui promettiez ? Il serait maintenant fréquentable ? Sincèrement ? Mais soit... Nous les Africains manquons un peu de raison et ne comprenons pas ces subtilités qui nous éloignent de la nature et de l’ordre immuable des saisons.

Vous étiez donc venu - vidi vici complétera l’autre, regarder en face notre histoire commune. Fort bien ! Votre posture tombe à propos pour une génération d’Africains et de Français avides de comprendre enfin ces drames continuels frappant l’Afrique. Il nous reste simplement à tomber d’accord pour définir le sens de ce mot histoire. Car quand vous dites que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire, vous avez tort. Nous étions au cœur de l’histoire quand l’esclavage a changé la face du monde. Nous étions au cœur de l’histoire quand l’Europe s’est partagé notre continent. Nous étions au cœur de l’histoire quand la colonisation a dessiné la configuration actuelle du monde. Le monde moderne doit tout au sort de l’Afrique, et quand je dis monde moderne, je n’en exclus pas l’homme africain que vous semblez reléguer dans les traditions et je ne sais quel autre mythe et contemplation béate de la nature. Qu’entendez-vous par histoire ? N’y comptent que ceux qui y sont entrés comme vainqueurs ? Laissez-nous vous raconter un peu cette histoire que vous semblez fort mal connaître. Nos pères, par leurs luttes sont entrés dans l’histoire en résistant à l’esclavage, nos pères par leurs révoltes, ont contraint les pays esclavagistes à ratifier l’abolition de l’esclavage, nos pères par leurs insurrections - connaissez-vous Sétif 1945, connaissez-vous Madagascar 1947 ? ont poussé les pays colonialistes à abandonner la colonisation. Et nous qui luttions depuis les indépendances contre ces dictateurs soutenus entre autres par la France et ses grandes entreprises - le groupe de votre ami si généreux au large de Malte par exemple, ou la compagnie Elf.

Savez-vous au moins combien de jeunes Africains sont tombés dans les manifestations, les grèves et les soulèvements depuis cette quarantaine d’années de dictature et d’atteinte aux droits de l’homme ?

Fait-on partie de l’histoire quand on tombe dans un coin de rue d’Andavamamba, les bottes des militaires foulant votre corps et vous livrant aux chiens ? Croyez-vous vraiment que jamais l’homme (africain) ne s’élance vers l’avenir, jamais il ne lui vient à l’idée de sortir de la répétition pour s’inventer un destin ? Jamais dites-vous ? Devons-nous l’interpréter comme ignorance, comme cynisme, comme mépris ? Ou alors, comme ces colonisateurs de bonne foi, vous vous exprimez en croyant exposer un bien qui serait finalement un mal pour nous. Seriez-vous aveugle ? Dans ce cas, vous devriez sincèrement reprendre la copie nous concernant. Vous avez tort de mettre sur le même pied d’égalité la responsabilité des Africains et les crimes de l’esclavage et de la colonisation, car s’il y avait des complices de notre côté, ils ne sont que les émanations de ces entreprises totalitaires initiées par l’Europe, depuis quand les systèmes totalitaires n’ont-ils pas leurs collaborateurs locaux ? Car oui, l’esclavage et la colonisation sont des systèmes totalitaires, et vous avez tort de tenter de les justifier en évoquant nos responsabilités et ce bon côté de la colonisation. Mais tout comme vous sûrement, nous reconnaissons qu’il y a eu des « justes ». Or vous savez fort bien que les justes n’excusent pas le totalitarisme. Vous avez tort de penser que les dictateurs sont de nos faits. Foccart vous dit peut-être quelque chose ? Et les jeux des grandes puissances - dont la France évidemment, qui font et défont les régimes ? Paranoïa de notre part ? Oui, nous devons résister, et nous résistons déjà, mais la France est-elle franchement de notre côté ? Qui a oublié le Rwanda ? Vous appelez à une « renaissance africaine », venez d’abord parler à vos véritables interlocuteurs, de ceux qui veulent sincèrement et franchement cette renaissance, nous la jeunesse africaine, savons qu’ils ne se nomment pas Omar Bongo, Muammar al-Kadhafi, Denis Sassou Nguesso, Ravalomanana ou bien d’autres chefs d’Etat autoproclamés démocrates.

Nous vous invitons au débat, nous vous invitons à l’échange. Par cette lettre ouverte, nous vous prenons au mot, cessez donc de côtoyer les fossoyeurs de nos espérances et venez parler avec nous. Quant à l’Eurafrique, en avez-vous parlé à Angela ?

Sincèrement et franchement à vous.

Raharimanana et les écrivains Boubacar Boris Diop (Sénégal), Abderrahman Beggar (Maroc, Canada), Patrice Nganang (Cameroun, Etats-Unis) Koulsy Lamko (Tchad), Kangni Alem (université de Lomé), et l’éditrice Jutta Hepke (Vents d’ailleurs).

 

SOURCE: http://survie-france.fr

Saturday 13 October 2007, a 19:38
LETTRE OUVERTE A NICOLAS SARKOZY PAR LES ECRIVAINS AFRICAINS
 

  

Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy. Plusieurs écrivains africains se joignent à Raharimanana pour répondre au président français. (Libération, vendredi 10 août 2007)

http://www.liberation.fr/rebonds/27...

Antananarivo, le 3 août 2007

Monsieur le Président,

Vous étiez venu dites-vous à Dakar nous parler - nous les Africains -, avec franchise et sincérité, vous étiez donc venu avec tout le fond de votre pensée, car c’est ainsi je crois qu’on qualifie la franchise et la sincérité, un échange sans fard et sans arrière-pensée. Nous prenons donc acte de la conception que vous avez de ce continent et de ses habitants. Vous étiez venu dites-vous pour nous assurer que la France s’associera à nous si nous voulons la liberté, la justice et le droit, mais permettez-moi d’être franc et sincère également.

Au lendemain de votre discours, que faisiez-vous donc avec Omar Bongo, quarante ans de règne dans la dictature, un doyen dites-vous, et quel doyen dans la corruption et l’aliénation de son pays ! De quelle liberté, de quelle justice, de quel droit parlez-vous ? Je n’ose même pas vous poser la question concernant votre sourire à cet autre grand dictateur africain : Muammar al-Kadhafi ! Que dire du don nucléaire que vous lui promettiez ? Il serait maintenant fréquentable ? Sincèrement ? Mais soit... Nous les Africains manquons un peu de raison et ne comprenons pas ces subtilités qui nous éloignent de la nature et de l’ordre immuable des saisons.

Vous étiez donc venu - vidi vici complétera l’autre, regarder en face notre histoire commune. Fort bien ! Votre posture tombe à propos pour une génération d’Africains et de Français avides de comprendre enfin ces drames continuels frappant l’Afrique. Il nous reste simplement à tomber d’accord pour définir le sens de ce mot histoire. Car quand vous dites que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire, vous avez tort. Nous étions au cœur de l’histoire quand l’esclavage a changé la face du monde. Nous étions au cœur de l’histoire quand l’Europe s’est partagé notre continent. Nous étions au cœur de l’histoire quand la colonisation a dessiné la configuration actuelle du monde. Le monde moderne doit tout au sort de l’Afrique, et quand je dis monde moderne, je n’en exclus pas l’homme africain que vous semblez reléguer dans les traditions et je ne sais quel autre mythe et contemplation béate de la nature. Qu’entendez-vous par histoire ? N’y comptent que ceux qui y sont entrés comme vainqueurs ? Laissez-nous vous raconter un peu cette histoire que vous semblez fort mal connaître. Nos pères, par leurs luttes sont entrés dans l’histoire en résistant à l’esclavage, nos pères par leurs révoltes, ont contraint les pays esclavagistes à ratifier l’abolition de l’esclavage, nos pères par leurs insurrections - connaissez-vous Sétif 1945, connaissez-vous Madagascar 1947 ? ont poussé les pays colonialistes à abandonner la colonisation. Et nous qui luttions depuis les indépendances contre ces dictateurs soutenus entre autres par la France et ses grandes entreprises - le groupe de votre ami si généreux au large de Malte par exemple, ou la compagnie Elf.

Savez-vous au moins combien de jeunes Africains sont tombés dans les manifestations, les grèves et les soulèvements depuis cette quarantaine d’années de dictature et d’atteinte aux droits de l’homme ?

Fait-on partie de l’histoire quand on tombe dans un coin de rue d’Andavamamba, les bottes des militaires foulant votre corps et vous livrant aux chiens ? Croyez-vous vraiment que jamais l’homme (africain) ne s’élance vers l’avenir, jamais il ne lui vient à l’idée de sortir de la répétition pour s’inventer un destin ? Jamais dites-vous ? Devons-nous l’interpréter comme ignorance, comme cynisme, comme mépris ? Ou alors, comme ces colonisateurs de bonne foi, vous vous exprimez en croyant exposer un bien qui serait finalement un mal pour nous. Seriez-vous aveugle ? Dans ce cas, vous devriez sincèrement reprendre la copie nous concernant. Vous avez tort de mettre sur le même pied d’égalité la responsabilité des Africains et les crimes de l’esclavage et de la colonisation, car s’il y avait des complices de notre côté, ils ne sont que les émanations de ces entreprises totalitaires initiées par l’Europe, depuis quand les systèmes totalitaires n’ont-ils pas leurs collaborateurs locaux ? Car oui, l’esclavage et la colonisation sont des systèmes totalitaires, et vous avez tort de tenter de les justifier en évoquant nos responsabilités et ce bon côté de la colonisation. Mais tout comme vous sûrement, nous reconnaissons qu’il y a eu des « justes ». Or vous savez fort bien que les justes n’excusent pas le totalitarisme. Vous avez tort de penser que les dictateurs sont de nos faits. Foccart vous dit peut-être quelque chose ? Et les jeux des grandes puissances - dont la France évidemment, qui font et défont les régimes ? Paranoïa de notre part ? Oui, nous devons résister, et nous résistons déjà, mais la France est-elle franchement de notre côté ? Qui a oublié le Rwanda ? Vous appelez à une « renaissance africaine », venez d’abord parler à vos véritables interlocuteurs, de ceux qui veulent sincèrement et franchement cette renaissance, nous la jeunesse africaine, savons qu’ils ne se nomment pas Omar Bongo, Muammar al-Kadhafi, Denis Sassou Nguesso, Ravalomanana ou bien d’autres chefs d’Etat autoproclamés démocrates.

Nous vous invitons au débat, nous vous invitons à l’échange. Par cette lettre ouverte, nous vous prenons au mot, cessez donc de côtoyer les fossoyeurs de nos espérances et venez parler avec nous. Quant à l’Eurafrique, en avez-vous parlé à Angela ?

Sincèrement et franchement à vous.

Raharimanana et les écrivains Boubacar Boris Diop (Sénégal), Abderrahman Beggar (Maroc, Canada), Patrice Nganang (Cameroun, Etats-Unis) Koulsy Lamko (Tchad), Kangni Alem (université de Lomé), et l’éditrice Jutta Hepke (Vents d’ailleurs).

 

SOURCE: http://survie-france.fr

Friday 12 October 2007, a 13:43
Qui est Cécilia Sarkozy ?
 

  Qui est Cécilia Sarkozy ? Par Rédaction, jeudi 17 mai 2007 à 10:10 :: Actualités :: #533 :: rss

Toute en contradictions, Cécilia a été de tous les combats politiques de son mari. Celle-là même qui décrétait en 2005 qu’être première dame, « ça me rase. Je ne suis pas politiquement correcte, je me balade en jeans, en treillis ou en santiags. Je ne rentre pas dans le moule », a aujourd’hui franchi le pas, main dans la main avec son époux.

Cette grande brune d’1m68, aux yeux de chats, a rencontré son président de mari à l’occasion d’un mariage. Le sien. Avec Jacques Martin, et Sarkozy en maître de cérémonie…

Le jeune maire de Neuilly n’aura alors de cesse de lui déclarer sa flamme. Elle, dubitative, le prend « un peu pour un malade ».

Deux ans plus tard, elle quitte son époux avec ses deux filles sous le bras –la cadette n’a alors que six mois- pour rejoindre l’élu de son cœur.

Son cœur justement, qui lui causa tant de soucis. Enfant, elle souffre de problèmes cardiaques. Elle est opérée à cœur ouvert à l'âge de 13 ans.

Tout en suivant des études de piano -elle obtient un premier prix de piano au Conservatoire-, Cécilia obtient son Baccalauréat B après treize années à l'Institut de l'Assomption, rue de Lübeck, et entame des études de droit à l'Université d’Assas.

À l'époque, elle vit de petits boulots, travaille dans la communication, est mannequin cabine chez Schiaparelli, la nuit. Elle abandonne finalement le droit et devient attachée parlementaire de René Touzet (Gauche Démocratique), sénateur de l'Indre et ami de son frère.

En 1996, Cécilia, déjà mère de Judith et Jeanne-Marie, épouse Nicolas, père de Pierre et Jean. L’année suivante, ils ont un fils, Louis. Étrange choix pour cette femme qui s’est vantée de « n’avoir pas une seule goutte de sang français dans les veines », que d’avoir donné à son fils unique le prénom des Rois de France…

Elle est la femme de l’ombre, l’éminence grise de son époux, qu’elle assiste et conseille en toute chose. Travailler ensemble est « un choix de vie qu’on a fait », « la politique est tellement violente qu’à deux, c’est mieux », dit-elle.

A présent, elle dit avoir soif de reconnaissance, et pourrait briguer la mairie de Neuilly...

Le père de Cécilia Maria Sara Isabel Ciganer est issu d’une famille de propriétaires terriens près d’Odessa, Russes blancs massacrés par les Rouges. Aventurier, il quitte son pays à l’age de treize ans et court de continent en continent, parfois même aux côtés de Joseph Kessel. Sur la côte basque, il rencontre sa mère. Une beauté espagnole aux airs de gitane, Teresita. Fille d’ambassadeur et petite-fille du compositeur Isaac Albeniz, la belle aux yeux de braise se fait appeler Diane.

Ensemble ils s’installent à Paris. Cécilia a trois frères aînés :
Patrick est citoyen américain, et travaille dans une unité de gestion financière de la NASA.

Christian est consultant (Framatome, Axa, Groupe Lagardère,Crédit Foncier de France, Accor, Aurel Conseil...), et a été mis en cause dans l' affaire de la vente de la salle Pleyel.

Ivan est directeur des ventes de Movistar au Pérou, conseiller du commerce extérieur de la France et président de la Chambre de commerce franco-péruvienne.

En 2005, après avoir été surexposée médiatiquement, Cécilia « craque » et prend le large avec le PDG de Publicis.

Mais elle revient, au début de l’année 2006.

Ebranlé, Nicolas Sarkozy avait reconnu « La vérité, elle est très simple : comme des millions de familles, la mienne a connu des difficultés. Ces difficultés, nous sommes en train de les surmonter. Est-ce que je dois en dire plus ? Je ne le crois pas ».   Source :  http://blo.choc.fr

Sunday 23 September 2007, a 17:16
SANNAT: NICOLAS SARKOZY PERSONNA IN GRATTA
 

  SANNAT: NICOLAS SARKOZY PERSONNA IN GRATTA

France3 LIMOGES 20/09/07 19h03
Le Conseil Municipal du village de SANNAT a décidé de ne pas mettre le portrait officiel de Nicolas SARKOZY à la Mairie de la ville . Il faut ouligner que les portraits des anciens présidents morts et vivants y sont fièrement acrochés aux murs .
Et oui , les irréductibles gaulois en ont décidés ainsi .
320hbts 5votes oui/4votes non

Le ROI de la JUNGLE NESTOR

Sunday 23 September 2007, a 16:52
LA NOUVELLE COOPRATION DES FRANCAIS
 

  14.09.2007 LA NOUVELLE COOPERATION DES FRANCAIS



13 septembre 2007
Vous avez dit coopération ?
Coopérants, voilà comme les appelle, ces hommes venus de France pour la plupart pour assister le Togo dans son développement, sur les plans technique et économique. Mais la réalité est autre chose lorsqu’on gratte la couche en surface, et là on tombe sur l’innommable, le sordide, le salace.


Coopérants, voilà comme les appelle, ces hommes venus de France pour la plupart pour assister le Togo dans son développement, sur les plans technique et économique. Mais la réalité est autre chose lorsqu’on gratte la couche en surface, et là on tombe sur l’innommable, le sordide, le salace.
Et dire que nos naïves populations ont toujours crus que ces yovo (ayevu) avaient de l’amour pour eux et pour leurs enfants, s’occupant d’eux et finançant leurs éducations de leurs poches. En réalité, il n’en était rien, et non seulement ces yevu, se faisaient de fortune sur le dos de ces enfants dont ils monnayaient la « prise en charge » auprès d’institutions caritatives et publiques en Europe en terme de dons et allocations parentales pour en avoir adoptés un certain nombre, mais encore, ces enfants étaient des victimes toutes désignées et résignées subissant des sévices sexuelles.
Lu pour vous cet article du journal le Monde ne mérite pas plus de commentaires. Et si Lomé m’était conté ?


Yves Marguerat est un homme assez peu impressionnable : il est aussi à l’aise devant la cour d’assises des Hauts-de-Seine, à Nanterre, que tout nu dans sa maison de Lomé avec les enfants des rues. Le géographe de 64 ans, un petit homme tout en rondeurs au sourire bienveillant, a écouté, mardi 11 septembre, le récit des fellations et sodomies qu’il est accusé d’avoir pratiquées sur deux jeunes Togolais comme s’il s’agissait du sommaire d’un vieux numéro d’une revue de géographie.

Yves Marguerat est un chercheur reconnu, agrégé de géographie et spécialiste du développement urbain. Il s’est installé en Afrique au lendemain de 1968 et a passé seize ans à Lomé, pour le compte de l’Orstom, devenu l’IRD, l’Institut de recherche pour le développement. Il est poursuivi pour viol par personne ayant autorité, en 1992, au Togo, sur un jeune homme de 15 ans, puis tentative et viol sur un mineur, entre 1991 et 1994. Il nie les sodomies, mais pas les caresses, ni les fellations, qui sont juridiquement des viols.

C’est que, dès son arrivée à Lomé, le chercheur a été frappé par le sort des enfants des rues. Il assure avoir fondé en 1982 un foyer pour les petits garçons, confié à une énergique Soeur Janine, mais il en arrivait de plus en plus, et Yves Marguerat les a vite accueillis chez lui : "J’étais une ONG à moi tout seul." Sa maison bruissait d’enfants. Que des garçons, une centaine au total - il a expliqué pendant l’instruction que les filles n’avaient pas besoin d’aide, elles subvenaient à leurs besoins par la prostitution.

Les gamins étaient "en grande détresse affective" au point qu’ils l’accompagnaient sous la douche et voulaient tellement dormir avec lui qu’il était obligé de leur donner un tour. Mais Yves Marguerat est persuadé d’avoir fait oeuvre utile. "J’ai eu des attouchements avec des enfants, c’est exact, a sobrement indiqué le géographe. Mais ça n’a jamais conditionné mon action. Ceux qui refusaient n’en ont jamais souffert." Il reste persuadé que "sa méthode" en valait une autre, et qu’il a obtenu de solides résultats : "Quand on s’occupait d’eux, ils se resocialisaient magnifiquement", se félicite le chercheur.

Koffi Degbevi, un grand gaillard de 30 ans, aujourd’hui partie civile, se souvient quand il en avait 15 que la faim l’avait poussé jusqu’à chez Marguerat, qu’il l’avait vu faire des fellations réciproques avec les garçons, et qu’il n’avait eu de l’argent pour aller à l’école qu’à partir du moment où il avait fait partie du groupe. Il assure avoir été obligé de passer par une sodomie dans le bureau du géographe pour qu’il l’adopte ; il a effectivement obtenu une délégation d’autorité parentale en octobre 1992.

Yves Marguerat a finalement adopté 9 garçons. Pas totalement par charité chrétienne : pour toucher les allocations familiales versées par l’Orstom, 235 000 euros de 1987 à 1993.

Il avait aussi monté un comité de soutien aux enfants de Lomé à la paroisse de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine). Les paroissiens ont versé 800 000 euros entre 1982 et 2005, pour moitié au foyer de Soeur Janine, pour moitié pour lui, sans autre contrôle que la divine providence. "Et si le comité de soutien avait su ce qui se passait chez vous, à Lomé ?", demande la présidente, Sabine Foulon. "Ils m’auraient engueulé, répond le géographe, et ils auraient eu raison. Et j’aurais arrêté d’avoir des relations sexuelles avec les enfants." Un comité d’aide et d’information pour le monde des enfants de la rue (Aimer) lui a aussi versé 48 088 euros entre 1994 et 2003, et la fondation Raoul-Follereau 209 000 euros entre 1996 et 2002.

Franck Johannès © Le Monde

Thursday 30 August 2007, a 17:25
LE PETIT TROU L'A CONDUIT AU GRAND TROU
 

  Un directeur d’école togolais risque 20 ans de prison pour tentative d’avortement d’une mineure
(APA 30/08/2007)

APA–Lomé (Togo) Conformément aux dispositions d’un nouveau code de l’enfant au Togo, un responsable d’école qui vient d’être déféré à la prison civile de Lomé pour avoir engrossé et tenté de faire avorter une fille de 12 ans, encourt une peine allant de 5 à 20 ans de prison ferme.

« Le Sieur Kossi Akpabli, directeur d’une école d’initiative locale aurait fait d’une mineure de 12 ans son épouse et maintenant qu’il s’est rendu compte que la petite est enceinte, il l’a trimbalée à l’infirmerie de la localité pour la faire avorter », a révélé Agnélé Christine Mensah, ministre délégué auprès du ministre togolais des affaires sociales et de la promotion de la femme, chargé de la protection de l’enfant et des personnes âgées.

Il a été arrêté à Agbelokopé dans la préfecture de l’Avé, une localité située à une cinquante de km au nord-ouest de Lomé et déféré mercredi à la prison civile de Lomé conformément aux dispositions d’un nouveau code de l’enfant en vigueur au Togo.

« Le code de l’enfant promulgué en juillet par le Chef de l’Etat punit, en ses articles 395 et 396, la pédophilie, le harcèlement sexuel avec usage de cadeaux ou de menaces ainsi que la grossesse et l’avortement », a expliqué à APA Mme Mensah.

Elle a indiqué que la loi sera appliquée pour dire « aux autres enseignants et à toute autre personne que nous avons un code qui punit ces genres de choses ».

Des cas de grossesses non désirées de mineures et d’avortements suivis parfois de décès de mineures sont souvent rapportés au Togo.

« Désormais nous avons un texte sur lequel le législateur va s’appuyer pour punir ces genres de choses », a averti la ministre Mensah.

Monday 27 August 2007, a 18:56
LES SDF CHASSES A ARGENTEUIL COMME DES RATS
 

LES SDF CHASSES A ARGENTEUIL COMME DES RATS

Cette histoire se passe encore une fois de plus en France . Qui ces gens là vont aimés dans leur vie ? Après les Polonais , les Italiens , les Portuguais(renvoyés dans des wagons à bestiols ), pire encore certains dont le signe le plus marquant est la raffle de VELDIVE et les Noirs avec des charters , on chasse les sans domicile fixe (SDF) avec des produits répulsifs comme de vulgaires Rats des égouts !
LA HONTE !

 

Produit «anti-SDF» à Argenteuil : des militants saisissent la Halde
La polémique provoquée par l'achat d'un produit répulsif «anti-SDF» par la mairie d'Argenteuil (Val d'Oise), n'en finit pas de susciter des réactions, à gauche comme à droite.

Depuis que, vendredi, la mairie d'Argenteuil a admis avoir acheté des produits à l'odeur nauséabonde destinés à déloger les SDF de son centre-ville, l'indignation ne cesse de grandir.

Un élu communiste, un membre des Verts et un responsable du Mouvement républicain et citoyen (MRC), devraient saisir aujourd'hui lundi la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde). «Nous estimons qu'il y a discrimination, dans la mesure où tout le monde ne peut pas circuler librement dans la ville», explique Valentin Teixeira (Verts), l'un des promoteurs de cette saisine avec Mouloud Bousselat, conseiller municipal communiste, et Nasser Douidi, responsable local du Mouvement républicain et citoyen (MRC).

Les trois militants saisiront également le préfet du Val-d'Oise afin qu'il détermine la composition et la toxicité du produit. Ils l'interrogeront sur «le degré de légalité consistant, pour la municipalité, à commander et à payer des produits singuliers pour les mettre ensuite à la disposition d'une entreprise privée».

Devant le refus net des employés municipaux d'Argenteuil de diffuser le produit, une partie du répulsif a en effet été donnée à des agents d'entretien de la galerie marchande «Côté Seine», qui ont diffusé le spray malodorant aux sorties de secours du centre commercial où les SDF ont leur habitudes.

Sur le même sujet
Argenteuil chasse ses SDF à coups de mauvaises odeurs

Au Partis socialiste, qui dénonce une «chasse aux pauvres», on déclare s'étonner du silence de l'éxécutif sur la question. Faouzi Lamdaoui, secrétaire national à l'égalité du PS, a lancé hier dimanche un appel «solennel» à l'éxécutif pour qu'il condamne la démarche de la mairie d'Argenteuil. «Devant l'indignation générale suscitée par le comportement odieux du maire d'Argenteuil, le silence gêné de Nicolas Sarkozy et de François Fillon contraste avec leur activisme médiatique habituel», ironise-t-il.

En guise de réponse du gouvernement, samedi c'est Christine Boutin, ministre du Logement, qui a jugé «inacceptable» et indigne l'utilisation de ces produits: «Le principe même de l'utilisation de produits de ce type constitue en effet une atteinte à la dignité de la personne humaine parfaitement inacceptable», indique un communiqué.

Contraint de réagir face à la polémique qui enfle, l'entourage du maire se borne à parler d'une «solution triste» présentée comme un dernier recours après des «efforts déployés pendant de longs mois pour venir en aide à ces populations».

Présentation
nestor
Pour tout contact Appelez moi au 08 92 680 631 code contact 28234

Envoyer un mail à l'auteur
[ nestor ]
[ nestor ]
[ nestor ]
publicité
commentaire(s)
SARKOZY LE ZENOPHOBE , IL N'Y A PAS QUE LES NOIRS EN FRANCE el barqui (14/05/2012 20:02)

Bonsoir Je ne com...

SARKOZY LE ZENOPHOBE , IL N'Y A PAS QUE LES NOIRS EN FRANCE inc (19/03/2012 23:19)

vous avez raison.il ...

LA XENOPHOBIE ET LE RACISME ONT TRIOMPHE Béatrice AUBRY (18/01/2012 09:47)

que ceux qui ne sont...

LES IMAGES DE KPALIME KLOTO TOGO cyril (08/05/2009 02:11)

Super blog sa ta pri...

Attention aux arnaques , ça vient encore d'Abidjan VINET (04/10/2008 09:08)

Le sport n°1 en afri...

Attention aux arnaques , ça vient encore d'Abidjan VINET (09/09/2008 13:44)

Non, les arnaques en...

la presse tchèque condamne le geste de milan baros ramdane (25/03/2008 14:11)

le pays des droits d...

SARKOZY LE ZENOPHOBE , IL N'Y A PAS QUE LES NOIRS EN FRANCE ... (25/02/2008 22:10)

xénophobe pas zénoph...

CE QUE J'AI LU SUR LE SITE OFFICIEL DU TOGO,ILS N'ONT PAS HONTE CES GENS LA ! le collectif (27/01/2008 16:34)

le collectif veut fa...

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter de ce blog renseignez votre adresse mail :


mes catégories
société (31)
politique (19)
Politique (17)
POLITIQUE (11)
Société (9)
politique (2)
bettencourt (2)
SOCIETE (2)
politiue (2)
rencontre (2)
vacances (2)
Football (2)
sarkozy (2)
FOOTBALL (2)
People (2)
woerth (2)
POEPLE (1)
SOIETE (1)
football (1)
socoiété (1)
FOOTBALL (1)
divers (1)
CULTURE(Cinema) (1)
Mondial 2006 (1)
TOGO FOOTBALL (1)
Politique (1)
ECONOMIE (1)
COUPE DU MONDE 2006 (1)
people (1)
amour (1)
ouedraogo (1)
bollore (1)
sport (1)
pare (1)
Gbagbo (1)
togo (1)
obama (1)
noah (1)
maé (1)
poliique (1)
polotique (1)
recuperation (1)
ASSOCIATION (1)
FAITS DIVERS (1)
sociétés (1)
FOOT (1)
Articles précédents
Liste des articles
calendrier
«juin 2009»
LunMarMerJeuVenSamDim
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30
archives
2014-03 (1)
2014-02 (2)
2013-06 (1)
2013-03 (1)
2013-02 (1)
2013-01 (1)
2012-09 (3)
2012-07 (1)
2012-06 (8)
2012-05 (3)
2011-11 (1)
2011-10 (2)
2011-09 (1)
2011-08 (1)
2010-12 (1)
2010-08 (1)
2010-07 (2)
2010-01 (1)
2009-06 (1)
2009-05 (1)
2008-11 (1)
2008-08 (1)
2008-07 (1)
2008-06 (10)
2008-04 (1)
2008-03 (1)
2008-02 (1)
2008-01 (2)
2007-12 (3)
2007-11 (2)
2007-10 (3)
2007-09 (2)
2007-08 (5)
2007-07 (2)
2007-06 (8)
2007-05 (8)
2007-04 (5)
2007-03 (2)
2007-02 (5)
2007-01 (8)
2006-12 (13)
2006-11 (5)
2006-10 (10)
2006-09 (12)
2006-08 (7)
2006-07 (11)
2006-06 (24)
2006-05 (5)
thèmes
politique
D'autres blogs sur monGenie
0N SE FAIT LA VIE PLUS BELLE -
Liberté Egalité Fraternité
READYTOPLAY
SOLIBLOG
ON VIT UNE EPOQUE FORMIDABLE !
Best Of
10 MAI COMMEMORATION DE L'ESCLAVAGE
Visites depuis

Le début du mois : 5268

Le mois dernier : 1834

L'ouverture du blog : 58358


** ** © Learnorama - conditions générales - développé par Learnorama - Contact